l_or_d11-Pola-20121107202750-.png

L’or du rein, Gérard Lapagesse

 

L’histoire :

 

Tania est journaliste. Pigiste. Pas plus glorieux que cela. Mais quand elle tombe sur une histoire abominable de trafic d'organes prélevés sur un gosse lors d'une banale appendicite, son tempérament la porte à la colère. Une grosse colère. Et si en plus on s'en prend à ses témoins, ses proches et qu'on en veut à sa vie, alors là, les sales types ont intérêt à s'accrocher sérieusement, parce qu'elle mettra Toulouse et Narbonne sens dessus-dessous s'il le faut, mais elle le fera, son article.
Tania n'est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds et les grands pontes de la mondialisation sauvage, qui roulent sur les pauvres gens comme un 4x4 sur une trottinette, méritent qu'on leur rappelle qu'un bon journaliste, ça ne s'achète pas. Non mais.

Afficher plus

Réduire

 

Mon avis :

 

Tania, héroïne de cet e-thriller, a tout de la Lara Croft assumée en plus par son auteur ! J’ai eu beaucoup de plaisir à la suivre, telle une wonderwoman dans son enquête, dans ses coups de gueule et coups de poings, à travers la campagne de Narbonne. Elle part au quart de tour, s’enflamme pour ce gosse estropié, se défend bec et ongles et ne lâche pas l’os qu’elle ronge.

L’écriture de Gérard Lapagesse est tout en finesse et surtout pleine d’humour. Ce polar se lit vite, entraînant le lecteur d’un rebondissement à l’autre, tout en apportant une réflexion sur notre société dans son épilogue. A la lecture, on est plongé au cœur de la campagne toulousaine, on sent le poisson de Barjac, l’ami loufoque de Tania, on ressent chacun des coups subis et on a, tout comme Tania, envie de les rendre !

 

-Virginie-

Retour à l'accueil