Pub_Finderoute-Pola-20121115202200-.png

Fin de route, Jean-Louis Michel

 

L’histoire :

 

Denis et Tanya sont mariés, mais au bord de la rupture. Elle, est une journaliste jadis engagée ; lui, est un prof de littérature au chômage, congédié pour – soi-disant – harcèlement sexuel. Un beau jour, ils réalisent que Boston n'a plus rien à leur apporter, et décident de changer de vie en déménageant à San Francisco, à l'autre bout des États-Unis.

Ils conviennent de faire la route en voiture, un peu à la manière de London et Kerouac.

En chemin, ils croisent un couple de marginaux, de vrais paumés : une jeune écervelée et un type à l'air un peu rude.

Par curiosité, par défi, ils les embarquent avec eux dans leur traversée sans comprendre immédiatement qu'ils ont pris le diable en stop ! Les surprises et le danger ne tardent pas à les rattraper...

 

Mon avis :

 

J’ai lu ce « fin de route » en format numérique. Le roman est constitué de deux tomes d’environ 90 pages « papier » chacun.

Avant d’ouvrir le fichier sur mon Smartphone, je n’avais jamais entendu parler ni de l’auteur, ni du livre. Et n’étant pas encore très à l’aise avec la lecture numérique, j’aime autant vous dire que ça partait mal. Mais une longue attente à la caisse d’un supermarché m’a poussé à me lancer dans ce thriller. Et bien je peux juste vous dire que je ne me rappelle pas avoir payé, ni avoir regagné ma voiture…

Le rythme, les personnages, l’intrigue, le style et même le format… Tout est réuni pour vous pousser à lire « fin de route » de bout en bout sans s’arrêter.

Jean-Louis Michel nous propulse en plein road trip à travers les USA. La tension monte de plus en plus à chaque page, les quatre « héros » prennent place petit à petit et révèlent leur vraie nature… Que ferions nous si nous décidions de tout recommencer à zéro, de changer de vie, d’écouter nos pulsions, de laisser le mal entrer dans notre voyage vers la renaissance ?

Sans être une révolution, « Fin de route » essaye de répondre à ces questions tout en faisant passer un excellent moment à son lecteur.

 

-Sylvain-

 

Retour à l'accueil