un automne au texas

Le Texas en automne, R. J. Ellory

 

Ceci est une nouvelle  de R. J. Ellory sortie en mai 2011 et offerte par Sonatine avec la collaboration des magasins Cultura… Autant vous dire qu’il n’y en aura pas pour tout le monde…

 

Mon avis :

 

Mon dieu qu’il est bon… Mais comment fait-il ?

Ce monsieur commence par offrir à ses lecteurs une nouvelle… (Avec bien sur la participation de sa maison d’édition entre autre). Ensuite, en l’espace d’un peu moins de 20 pages, il retrace la mise à mort de JFK vu par les commanditaires de l’assassinat mais aussi et surtout par JFK lui-même.

En seulement quelques mots, quelques phrases, Ellory m’a donné plus de sensations que nombre d’excellents romans. Je dois même avouer qu’avec ses quelques pages, il m’a livré un résumé « hallucinament » poignant des superbes 3h09 du film « JFK » d’Oliver Stone.

Merci pour ce cadeau…

 

-Sylvain-

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

Mon avis :

 

Dans cette nouvelle, Ellory nous offre en quelques pages un aperçu de son talent d’écrivain. Comme à son habitude c’est aux Etats-Unis, que l’auteur anglais nous emmène, Il  nous livre un petit récit sur les derniers instants de Kennedy, tout en retenue et humilité.

Vraiment, RJ Ellory est un de mes auteurs préféré…

« J’ai levé les yeux vers le ciel .Pendant juste une seconde .Un simple battement de cœur. Il était bleu, presque parfait, presque sans nuages, et j’ai songé que peut-être un trou s’ouvrirait et m’arracherait à la terre »

-Dominique-

…………………………………………………………………………………………………………………………………….

Mon avis :

Que dire de plus ??? Merci Sonatine, Merci Cultura et Merci très cher R.J.Ellory (rencontré au Quai du Polar à Lyon : http://polars-oid.over-blog.fr/article-notre-quais-du-polar-70347174.html ) …

Grâce à une écriture efficace, rythmée, nous sommes placés malgré nous comme témoins impuissants face à l’assassinat de Kennedy. J’ai eu l’impression de ressentir chaque seconde passée dans cette décapotable un 22 novembre 63 du côté de Dallas. Chaque seconde vécue par Kennedy avant, pendant et après l’impact des balles.

JFK nous semble si proche, désespérément humain, affreusement mortel…

-Virginie-

Retour à l'accueil