IMG_0933.JPG

Séquestrée, Chevy Stevens

 

L’histoire :

 

Annie O'Sullivan, 32 ans, est agent immobilier sur l'île de Vancouver. Par un beau dimanche ensoleillé d'août, alors qu'elle fait visiter une maison à un potentiel acquéreur, ce dernier lui plante le canon d'un revolver dans le dos et l'oblige à monter dans sa camionnette...Quand Annie se réveille, elle est prisonnière dans une cabane isolée en pleine forêt.

 

Mon avis :

 

Je commencerai cette chronique en disant simplement que ce bouquin implique le lecteur dès la toute première page puisqu’il le met à la place de la psy d’Annie, l’héroïne. En effet, le livre est construit de la manière suivante : chaque chapitre correspond à une séance durant laquelle Annie raconte son effroyable histoire. Cette façon de raconter met le lecteur aux premières loges et permet une immersion quasi parfaite (je dis « quasi » parce que je ne me suis jamais retrouvé dans la situation de l’héroïne, du coup, difficile de dire que tout est parfait). Quoi qu’il en soit, on ne peut lâcher cette histoire, ce personnage. Lorsqu’une séance se termine, la seule chose qu’on a en tête, c’est de se lancer dans la prochaine consultation.

Mais « Séquestrée » ne se résume pas seulement à l’originalité de sa construction. Non, Dans ce roman publié aux Editions L’Archipel,  tout tient magnifiquement la route. L’intrigue rythmée vous révoltera, vous mettra mal à l’aise, vous soulèvera l’estomac. Vous aimerez ou haïrez les personnages, vous vous mettrez peut-être même à leur place… Bref vous allez plonger en plein cœur de cette histoire et vous aurez du mal à en sortir, croyez-moi.

Je voudrais finir sur une comparaison… peut-être injustifiée d’ailleurs… Mais je trouve que Chevy Stevens pourrait être un faux nom utilisé par Gillian Flynn… Non pas que la 1 ère aurait tout copié sur la 2 ème… Non, mais j’ai retrouvé dans « Séquestrée » la même intensité que dans les livres de Gillian Flynn. Là aussi l’histoire est presque un prétexte qui semble avoir pour seul but d’entrer dans la psychologie des personnages, et notamment de son héroïne. Les éléments construisant la personnalité des différents protagonistes nous sont distillés tout au long de l’histoire avec une telle justesse qu’il est difficile de ne pas croire qu’ils font partie intégrante de notre vie…

Ce livre fait parti des rares romans qui parlent de psychologie avec autant de réalisme et de vérité. Bref, ce livre perturbe, se livre envahie, ce livre est splendide…

                                                                                                  

« Je me souviens d’être allée voir le « Titanic » il y a quelques années. A la sortie, des nuées de spectateurs bourrées au pop-corn s’émerveillaient du réalisme des effets spéciaux, en particulier les corps flottant dans l’eau. Moi, je suis allée gerber dans les toilettes à l’idée que des centaines de gens soient morts de cette façon-là et que des millions d’abrutis aient pu admirer la reconstitution de leur calvaire en léchant leurs doigts pleins de beurre salé. »

 

-Sylvain-

 

Retour à l'accueil