Nickel-blues.png

Nickel Blues, Nadine Monfils

L’histoire :

Deux ados glandeurs, Ralph et Tony, décident de ne pas accompagner leurs parents, partis en vacances avec la mémé. Après un mois de nouba, la maison est sens dessus dessous. La baignoire est remplie de vaisselle et le canari est retrouvé calciné! Seul Bubulle, le poisson rouge, est sauvé. Gros problème, les parents et l'infernale mémé rentrent le lendemain. L'aîné a une idée géniale : kidnapper une nana du coin pour faire le ménage. Mais les choses ne se passent pas exactement comme prévu…

Mon avis :

« Nickel blues » est un roman alliant humour noir (et belge de surcroît) et suspense. Le rythme est intense dans ce livre court, le lecteur est happé aux côtés des deux frangins. Le livre débute en étant principalement drôle, une satire de la société belge grâce à la rencontre avec  cette famille. Il y a Tony et Ralph, les deux frères, leurs parents toujours en conflit avec eux et la truculente mémé ventriloque aux dictons toujours farfelus. Pour exemple, du mémé pur souche : « Noël au balcon, Pâques aux rabanes » et « bien mal acquis ne profite qu’à celui qui court vite »…. Le livre prend ensuite une toute autre tournure…  Les événements s’enchaînent autour de cette « cendrillon » kidnappée et tout dérape. Le suspense est alors omniprésent jusqu’à la dernière page du livre. L’écriture rythmée, le vocabulaire « vrai », parfois grivois, les personnages pittoresques et les rebondissements font de « Nickel Blues » un très bon moment de lecture.

« Le décapsuleur, elle le portait au bout de son chapelet, à la place du Christ, estimant que boire un coup à la santé de Jésus équivalait à une prière. Et elle priait beaucoup… »

-Virginie-

 

Retour à l'accueil