la-religion.png

La religion, Tim Willocks

 

L’histoire :

 

« La Religion », c'est le nom que se donne l'ordre des Hospitaliers, mais c'est aussi la bannière sous laquelle se rallie parfois la folie des hommes.

En 1565, claustrés sur leur petit archipel au sud de la Sicile, les chevaliers de Malte s'apprêtent à recevoir les furieux assauts de l'armée ottomane. A un contre cinq, les chrétiens tiennent le siège au prix de combats effroyables. Un déchaînement de violence dans lequel se trouve entraîné Mattias Tannhauser, un ancien janissaire qui a connu les deux camps. Pour les beaux yeux de la comtesse Carla La Penautier, le trafiquant d'armes et d'opium embarque pour l'enfer...

 

Mon avis :

 

Une phrase… Une seule phrase et Tim Willocks nous propulse en 1565 avec une facilité et une puissance déconcertante… Pour être exact, l’histoire commence en 1540, et la première scène de ce roman est totalement ensorcelante et elle empêche définitivement le lecteur de lâcher cette œuvre magistrale. Mais ce qu’il y a de vraiment magique avec « La religion », c’est qu’on s’aperçoit que chaque scène, chaque chapitre est ensorcelant.

Les personnages, l’intrigue, l’atmosphère, les références historiques, les descriptions de Malte, les combats… Tout est d’une justesse et d’une finesse enivrante. Quand un personnage aime, on aime avec lui… quand il pleure, on partage sa douleur… et qu’il doute ou qu’il espère, on reste à ses côtés. Tannhauser est notre héros magnifique, Bors notre meilleur ami, on est sous le charme de Carla et prit d’une folle passion pour Amparo, on veut nous aussi guider Orlandu, et Ludovico est notre meilleur ennemi… Quand à Malte, c’est notre quête, notre foyer…

Vous l’aurez compris, j’ai fais plus qu’aimer ce livre… j’ai été pris d’une véritable passion, au point où il m’a été difficile de refermer la dernière page sur cette aventure et ces personnages. Mais heureusement, « La religion » est le premier volet de la trilogie Mattias Tannhauser, et Tim Willocks a terminé l’écriture du deuxième opus « Twelve Children of Paris ». Pour ce qui est de sa date de parution en France, je n’ai malheureusement aucune info à vous donner…

Voila, je finis en vous disant que « La religion » est aujourd’hui mon livre favoris, mon numéro 1, celui que j’emmènerai sur une île déserte sans aucune hésitation.

 

« Usque Ad Finem »

 

-Sylvain-

Retour à l'accueil