IL.png

IL, Derek Van Arman

 

L’histoire :

 

"La plupart des tueurs en série n'ont rien à voir avec les mythes qu'ils ont engendrés. Ils ne vivent pas isolés, au milieu des bois ou au fin fond d'un asile. Ce sont vos propres voisins. Comme Bundy, Statler et des centaines d'autres, ce sont des individus que vous croisez aux réunions de parents d'élèves ou aux matchs de base-ball, ils prennent le bus avec vous, leurs enfants jouent avec les vôtres et ils récitent peut-être même le Notre-Père avec vous, lors de vos réunions de famille".

Ainsi parle Jack Scott, directeur du département fédéral en charge des crimes violents et spécialiste des serials killers. Lorsqu'une mère et ses deux filles sont sauvagement assassinées dans une mise en scène macabre, Jack, qui pensait avoir tout enduré, va entreprendre la chasse à l'homme la plus délicate, et la plus perverse, de sa longue carrière.

 

Mon avis :

 

Pour commencer, il faut savoir que l’histoire se déroule en 1989 et que le livre a été publié en 1992 aux USA, donc au moment des premiers balbutiements de la police scientifique. Pas d’ « Experts » toutes les 5 minutes à la télé du coup. Si je vous dis ça, c’est que l’auteur de « IL » était tellement proche de la réalité avec ce livre qu’il a été mis en examen par le FBI afin de savoir où il avait « appris » tout ça.

Thriller ultra-réaliste, « IL » nous plonge dans une chasse effrénée aux tueurs en série. Nous suivons Jack Scott et son unité, le ViCat, spécialisée dans l’arrestation des serials killer. Ce service très spécial a été créé pour essayer de « palier » à l’augmentation croissante du nombre de tueurs en série sur le territoire américain. Selon Scott lui-même, ils seraient 100 à 200 en activité à cette époque.

Bien qu’ayant plus d’une 20aine de dossiers en cours, une enquête mobilise plus particulièrement Scott car elle est directement liée à une vieille affaire qu’il croyait classée. Au fil des pages, on remonte la piste avec les enquêteurs. On se confronte comme eux à l’administration américaine et à ses aberrations, on apprend leurs méthodes d’investigation, on espère qu’un indice va enfin nous mettre sur la bonne voie… mais surtout, tout comme eux, on est horrifié par la violence et la froideur de ses tueurs récréatifs et par leurs capacités à frapper n’importe où et n’importe quand.

« IL » est passionnant, envoutant et incroyablement informatif. Ce livre est pour moi dans la même lignée que « Au-delà du mal » de Shane Stevens… tellement bien renseigné qu’il est à lui seul une très bonne approche de ce qu’est la criminologie et de qui sont ces tueurs bien particuliers... Le parallèle entre ces 2 thrillers ne s’arrête d’ailleurs bizarrement pas là… Si je ne me trompe pas, que ce soit Shane Stevens ou Derek Van Arman, personne ne sait vraiment qui ils sont, quels sont leur vrais noms et ce qu’ils sont devenus…

 

-Sylvain-

Retour à l'accueil