IMG 0687

 Hypothermie, Arnaldur Indridason

 

L’histoire :

 

Un soir d'automne. Maria est retrouvée pendue dans son chalet d'été sur les bords du lac de Thingvellir. Après autopsie, la police conclut à un suicide. Quelques jours plus tard, Erlendur reçoit la visite d'une amie de cette femme qui lui affirme que ce n'était pas "le genre" de Maria de se suicider et qui lui remet une cassette contenant l'enregistrement d'une séance chez un médium que Maria était allée consulter pour entrer en contact dans l'au-delà avec sa mère. Celle-ci lui avait promis de lui envoyer un signe. Au pays du fantastique et des fantômes, aussi dubitatif que réticent, le commissaire Erlendur, troublé par l'audition de la cassette, se sent obligé de reprendre l'enquête à l'insu de tous. II découvre que l'époux de Maria n'est pas aussi fiable qu'il en a l'air et ses investigations sur l'enfance de la suicidée, ses relations avec une mère étouffante vont le mener sur des voies inattendues semées de secrets et de douleur. Obsédé par le deuil et la disparition, harcelé par les frustrations de ses enfants, sceptique devant les croyances islandaises, bourru au coeur tendre, le commissaire Erlendur poursuit sa recherche sur lui-même et rafle tous les suffrages des lecteurs

 

Mon avis :

 

"Hypothermie" est le 6e roman de l'écrivain méga-star islandais Arnaldur Indridason paru en France. (Méga-star, tout à fait! car saviez-vous qu'il est lu par un islandais sur é? Mais je vous parlerais plus en détail de mon auteur fétiche dans une prochaine chronique qui lui sera consacrée). Pour la 6e fois donc, nous suivons le torturé commissaire Erlendur Sveinsson dans ses enquêtes, qui, une fois n'est pas coutume, erre dans le passé pour faire remonter à la surfaces crimes et autres horreurs qu’on s’efforçait de cacher, le tout dans un décor islandais rude ,en noir et blanc.
 Autant le dire tout de suite, amateurs d’hémoglobine et de coups de feu, vous pouvez passer votre chemin…Erlendur c’est le genre de flic qui ecoute, rumine, se questionne…on est loin du Ricain avec son flingue et sa voiture-qui-va-vite. 
Vous l’aurez deviné j’ai  une nouvelle fois été séduite par Indridason, cependant j’ai trouvé ce tome en dessous des précédents, l’entremêlement des intrigues et le dénouement m’ont paru un chouïa évidents. Il faut dire que je mets la barre assez haute car j’ai tellement aimé « la femme en vert » et « la voix » que j’espère toujours retrouver le même niveau  d’émotions fortes ! Un nouvel opus est justement sorti cette semaine, je vous en dirais des nouvelles au plus vite !
Un petit conseil si vous n'avez jamais lu Indridason, commencez bien par le 1er tome "La cité des jarres" car l'évolution de son personnage principal et de ses équipiers est très importante.
 
-Dominique- 
Retour à l'accueil