Heather Mallender a disparu, Robert Goddard

L’histoire:

 

Quinquagénaire alcoolique et désenchanté, Harry Barnett vit depuis de nombreuses années sur l’île de Rhodes, où il s’occupe de la villa d’un de ses amis, un homme politique anglais.

Quand Heather Mallender arrive à la villa pour se remettre d’un drame personnel, Harry est vite attiré par la jeune femme. Mais, lors d’une balade en montagne, tout bascule : Heather disparaît sans laisser de traces et Harry est soupçonné par la police grecque de l’avoir assassinée. Devant l’absence de preuves, il est laissé en liberté. Avec une question qui ne cesse de l’obséder : qu’est-il arrivé à Heather ? Harry décide alors de mener l’enquête à partir de sa seule piste : les vingt-quatre dernières photos prises par la jeune femme avant de disparaître.

Cliché après cliché, il va ainsi tenter de reconstituer les dernières semaines de la vie de celle-ci, entre la Grèce et l’Angleterre. Mais plus il apprend de choses sur Heather, sur son passé et sa vie, et plus le mystère s’épaissit.

 

Mon avis :

 

Robert Goddard nous emmène aux cotés d’Harry, qui n’a rien de l’enquêteur idéal… Il n’a pas la grande forme physiquement, il boit un peu trop (et tout au long des pages !), il a un petit coup de vieux, il ne brille pas dans son passé par son intelligence, il n’est pas flic et n’est même pas de la famille de cette disparue… Mais la rencontre qu’il a fait avec Heather le pousse à la rechercher lorsqu’elle disparaît mystérieusement, et le lecteur se trouve lui aussi happé dans cette histoire.

En effet, Robert Goddard nous livre un très bon polar, au suspense omniprésent. Harry va de rebondissements en coups de théâtre, il parcourt l’Europe à la recherche de cette belle « aux cheveux de lins ».

Robert Goddard nous offre des détails à foison, ce qui permet au lecteur de prendre entièrement part à l’enquête, de cheminer au même rythme qu’Harry, en suivant une à une les photos d’Heather. Au fil de lecture, j’ai en effet eu les mêmes impressions qu’Harry, je me suis laissée berner lorsqu’il était trompé, j’ai aperçu des indices avec lui… J’ai eu vraiment l’impression grâce au style si réaliste de l’écriture, d’être en plein cœur de l’Angleterre, sur le sommet du Profitis Ilias en Grèce ou au sein des prestigieuses écoles d’Oxford aux côtés d’Harry, que je marchais avec lui, que je m’asseyais à ses côtés au pub pour réfléchir…

Goddard nous livre une intrigue très riche, abondante où chaque élément est distillé au fil des pages pour s’imbriquer en un puzzle magnifiquement bien ficelé lors des pages finales. Le dénouement est, je pense, difficilement décelable avant que toutes ces pièces de puzzle s’assemblent, même pour les plus perspicaces !

Ce roman d’enquête est donc pour moi un des meilleurs romans noirs de ce début d’année. Il est à découvrir et à dévorer !

A noter que ce deuxième roman de Robert Goddard, à nouveau édité, a été publié une première fois en 1993 sous le titre : « les Ombres du passé ».

 

-Virginie-

 

Retour à l'accueil