Adieu, Jacques Expert

 

L’histoire :

 

2001, Châtenay-Malabry.

Une mère, son fils et sa fille sont retrouvés assassinés à leur domicile. Une famille apparemment sans histoires. Le père est porté disparu. Est-il lui aussi victime ou bien coupable ? Les recherches s'organisent, sous la direction du commissaire Langelier. Un mois plus tard jour pour jour, c'est au tour d'une seconde famille, tout aussi ordinaire, d'être abattue dans des circonstances identiques. Là aussi le père est introuvable.

Presse, politiques, police, les avis sont unanimes, un tueur en série est à l'œuvre. Seul Langelier s'entête à concentrer tous ses efforts sur la piste des pères, qu'il soupçonne d'être à l'origine des massacres. Devant son obstination et son manque de résultats, son supérieur et ami, le commissaire Ferracci, est obligé de lui retirer l'affaire. Commence alors entre les deux hommes un combat larvé, chacun s'efforçant de démontrer sa propre vérité, un combat qui tourne bientôt à l'obsession et qui ne prendra fin que dix ans plus tard.

 

Mon avis :

 

Jacques Expert a le don de raconter ses histoires sous un angle original.

Dans « la femme du monstre », il met le lecteur dans la peau de l’épouse d’un tueur ; dans « la théorie de six », dans celle du tueur lui-même ; et dans « Adieu », il nous fait voir l’intrigue par les yeux d’un flic. Vous allez me dire qu’il n’y a rien d’original là dedans. Sauf que ce flic a poursuivi une enquête pendant 10 ans alors qu’elle lui avait été retirée. Le livre commence à la fête organisée pour son départ à la retraite et il décide de raconter l’histoire de cette dernière décennie.

Au court de descriptions qui semblent montrer avec beaucoup de fidélité ce à quoi ressemble le milieu de la police française, Jacques Expert mène son intrigue de main de maître et nous tient accrochés à son livre jusqu’aux excellentes dernières pages.

Il est difficile d’en dire plus sur ce livre sans prendre le risque d’en dévoiler les ficelles. Mais Jacques Expert a cette qualité rare de savoir décrire la folie humaine avec autant de simplicité que d’exactitude.

 

-Sylvain-

 

Retour à l'accueil